Généalogie – Question/Réponse 3

Classé dans : Généalogie | 0

Dans la série "Question/Réponse, le Sygene répond… Profitez-en!

Retrouver une personne disparue

Question

“A la naissance de mon arrière grand-mère en décembre 1884, il est mentionné qu’on ignore le domicile du père. A son mariage, elle déclare sur l’honneur qu’elle ignore où est son père. Il a donc disparu au cours de l’année 1884. Où trouver des renseignements complémentaires ? Un jugement de tutelle était-il obligatoire ? Existait-il des déclarations à la police comme maintenant?”

 

Réponse

Afin de mieux cerner les circonstances de la disparition de votre ancêtre en 1884, il convient de reconstituer plus largement le contexte familial.

Votre AGM est-elle la seule enfant du couple ? La dernière vraisemblablement, à moins que son père ait réapparu ponctuellement après 1884 ? A vérifier donc… Si votre AGM a eu des frères et soeurs, qu’est-il mentionné dans leurs actes de mariage respectifs ? Un indice peut peut-être vous aider à ré-orienter vos recherches.

Quel était la profession de cet ancêtre ? Était-il saisonnier ? Auquel cas, il faudrait peut-être chercher son décès dans la région où il travaillait. Quel est la date de naissance de cet ancêtre ? Si celui-ci est né après 1847, vous pourrez consulter en série R des Archives Départementales son registre matricule. Il s’agit du document militaire établi aux 20 ans de l’intéressé, dans son département de résidence à cet âge là, et qui récapitule son parcours jusqu’à ses 45 ans. Des indices géographiques peuvent y être mentionnés, ainsi que la date de décès de l’intéressé. Ce document peut également permettre d’établir si la disparition est liée à un événement militaire. En série M des Archives départementales, pensez à vérifier l’éventuelle délivrance d’un passeport, en 1884 ou peu avant.

En série U, Justice de paix du lieu de résidence de la famille, vous pourrez peut-être également trouver soit un acte de tutelle et/ou conseil de famille, soit un acte de notoriété constatant le décès ou l’absence de cet ancêtre.

Isabelle Malfant-Masson,
pour le Sygene